Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2013

Even Eliot…

 

Eliot was maybe dead wrong, I’d say that in my end is my beginning…

Read Full Post »

 

« A line, a white line, a long white line
A wall, a barrier, towards which we drove. »
(T.S.Eliot)

Bientôt j’y serai, « littéralement, et dans tous les sens »…

Read Full Post »

 

Au cours d’une rencontre avec Giorgio Agamben au Petit Palais, celui-ci nous fit littéralement voir (oh que je loue ma bonne vieille habitude de prendre des notes!) que « les hommes parlent aux dieux à l’impératif ».
Et de citer Jean-Christophe Bailly: « Si le langage touche aux choses, ce n’est pas comme une main, mais comme une sonde. », ce qui, par des voies détournées, le redit, et le renforce…

 

Read Full Post »

 

Even now, that is what he is – a sudden child, laughing and looking at the world with big, open eyes. Perhaps, if any, this is the secret…It’s neither a trait of character nor a talent: talent – that is something different. It is rather a gift awarded to him. But by whom? What for?

Read Full Post »

Niembsch…

 

Je ne réponds jamais pas à ce genre de questions, mais si on m’avait demandé quel est le roman (non pas « du siècle », ou « le meilleur » ou d’autres sornettes du genre), avec lequel je me suis le plus identifié (conception générale – à savoir une « vie », au sens que Michon donne au mot -, qualité de l’écriture, destin et densité des personnages), j’aurais probablement répondu: « Niembsch ou l’immobilité » de Peter Härtling, même s’il y a quelques autres qui me l’auraient sans doute fait un peu regretter…

Read Full Post »

 

Je me suis amusé (enfin, si l’on peut dire…) à dresser la liste de celles et de ceux que les écrivains, philosophes et critiques de droite (y’en a, y’en a, y’en aurait même un peu moins que l’on ne s’en plaindrait pas..) appellent « esprits libres » et s’est rendu compte qu’il s’agissait, pour l’immense majorité d’entre eux, de gens de droite également, ou, à tout le moins, pas vraiment de gauche – ceci n’étant, bien entendu, qu’une fâcheuse, mais pure coïncidence…

Read Full Post »

 

« Que meure avec moi le mystère qui est écrit sur la peau des tigres. Qui a entrevu l’univers, qui a entrevu les ardents desseins de l’univers ne peut plus penser à un homme, à ses banales félicités ou à ses bonheurs médiocres, même si c’est lui cet homme. Cet homme a été lui, mais maintenant, que lui importe? Que lui importe le sort de cet autre, que lui importe la patrie de cet autre, si lui, maintenant, n’est personne? Pour cette raison, je ne prononce pas la formule; pour cette raison, je laisse les jours m’oublier, étendu dans l’obscurité. »
( Jorge Luis Borges: L’écriture de Dieu)

Read Full Post »

Older Posts »