Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2022

 

marche, boit, nage, +®crit, mange, respire, se coul (2)

Plus rien ne t’appartient, pas même le règne des morts. La brume qui monte des eaux te prend les yeux ouverts. Tiens seront désormais l’oubli avare, les souffles et les cailloux, l’ombrage qui t’aveugle, les rires anciens, les voix qui déjà sonnent faux, les heures qui commandent toutes choses tues, ou à venir – jusqu’aux mensonges qui les gouvernent et te ballottent.

Read Full Post »

mk 30

Les nôtres arrivent de partout, tout à la joie des retrouvailles.

Les accolades sont fermes, les poings levés sans trembler crient victoire.

Ceux d’en face sont prêts, doigt sur la gâchette, la haine en bandoulière, guettant.

Dans la vallée, le vacarme nôtre fait silence, puis reprend de plus belle, chant tendu vers les temps clairs qu’ils ne verront pas.

Car ils ne savent pas (moi si) qu’ils mourront tous, regards tournés vers l’aval inabouti d’où vient la sombre délivrance.

Read Full Post »

h m 3

Oublié l’instant où tu crus que plus rien ne t’atteindrait, à jamais resté où tu n’aurais pas dû être: de l’autre côté du virage conjuré, du bruit où tout se dérobe, de l’ombre qui te dissipa presque…

Défilèrent alors à vitesse inhumaine plein de choses et ce n’est qu’après coup que tu choisis celles de ce temps où l’on dormait peu, où l’on ne faisait pas semblant, où tout nous concernait: les virées près du phare, les clefs et les clôtures, les brèves connivences, les petites chamailleries, les paupières entrouvertes sur le Rien, le trou dans la photo brunie…

Puis tout recommença, ici, maintenant – quoi d’autre?: les jours torves où l’on attend (mais quoi?) / les sortilèges / les mises en scène où l’on se perd / et les injures, et les éclaboussures / les bons augures et les grandes solitudes.

Read Full Post »